Le saviez-vous ?

Nos équipes du musée Ziem sont mobilisées pour vous proposer des activités et des conseils pour adultes et enfants régulièrement mis à jour et toujours utiles. Retrouvez-les ci-dessous.

Découverte des oeuvres

Le musée Ziem vous présente quelques-une des plus belles oeuvres d'artistes présentes au musée.

Les Noces de Cana d'après Véronèse

Cette œuvre est une très belle copie du célèbre tableau de Véronèse conservé au musée du Louvre.

À Cana, en Galilée, Jésus est invité à un repas de mariage au cours duquel il accomplit son premier miracle. À la fin du banquet alors que l’eau vient à manquer, il demande aux serviteurs de remplir d’eau les jarres puis de servir le maître de maison qui constate que l’eau s’est changée en vin. Ce moment préfigure l’eucharistie, sacrement qui perpétue le sacrifice du Christ (Le pain et le vin représentant le corps et le sang du Christ).

L'épisode biblique est transposé ici, avec une grande liberté iconographique, dans le cadre fastueux d'une noce vénitienne.

Véronèse a, tout au long de sa carrière, exercer son talent de décorateur, apte à brosser d'immenses toiles où s'allient la rigueur de la composition, la somptuosité des costumes et l'éclatante luminosité des coloris. Les Noces de Cana ornaient le réfectoire construit par Palladio pour les Bénédictins de l'île de San Giorgio Maggiore.

La copie conservée au musée fut offerte par Ziem à la création de l’établissement en 1908. Il nous renseigne sur l’intérêt que l’artiste portait à la peinture ancienne. En effet, Ziem s’est toujours passionné pour l’histoire de la peinture et pour des artistes tels que Rembrandt, Claude Gellée dit le Lorrain ou Paul Véronèse. Ce dernier est, avec Titien et le Tintoret, l'une des trois principales figures de l'école vénitienne connue pour être composée de grands coloristes.

Véronèse était l’un des meilleurs. Ses travaux les plus connus sont de grandes peintures à sujets mythologique ou religieux particulièrement raffinées présentant des arrangements majestueux et scintillants qui ont fortement marqué Ziem.

 

 

Présentation

​Jeu de silhouettes dans une fête vénitienne 

Quelle belle fête ! Il y a beaucoup d’invités à ce mariage.

Nous vous proposons de raconter une nouvelle  histoire 

  • Choisissez un personnage de ce tableau, en observant bien sa posture.

  • Dessinez sa silhouette sur une feuille.

  • Apportez de la couleur à votre personnage en utilisant la technique que vous souhaitez(feutres, crayons, papiers colorés). Vous pouvez placer votre propre photo sur la tête du personnage.

  • Imaginez un autre décor autour de votre personnage. Collez des images de catalogues ou de magazines si vous le souhaitez.

  • Amusez-vous à demander à votre entourage s'il reconnait la  silhouette que vous avez choisie !

  • Vous pouvez créer ainsi une nouvelle histoire !

Ange Flégier à Martigues

Flégier est un musicien et un compositeur accompli. Il est l’auteur d’une œuvre abondante.

Dans les années 1890, il se passionne pour la peinture et crée de nombreux paysages. Ami de Ziem, il joue un rôle important dans la création du musée en 1908 en faisant partie du premier comité d’action avec les artistes Durand, Rey et Maglione.

Offerte par Flégier, La place Denfert-Rochereau à Martigues fait partie d’une série d’aquarelles dépeignant plusieurs coins typiques de la ville et de l’étang de Berre. Cette œuvre très délicate, décrit une place que peu d’artistes ont représentée. Flégier s’est appliqué à restituer l’atmosphère ensoleillée de ce lieu animé par quelques personnages.

Théodore Jourdan, un élève de Loubon

Théodore Jourdan, un élève de Loubon

Formé à l’école des Beaux-Arts de Marseille puis élève d’Emile Loubon, Théodore Jourdan est un artiste provençal qui connaît une belle carrière en exposant dès 1865 au Salon de Paris et qui reçoit une médaille d’or à l’exposition universelle de 1879 à Sydney.

Jourdan a peint essentiellement des sites provençaux avec des scènes pastorales qui mettent en scène des moutons de race locale, le mérinos d’Arles. Les sujets qu’il traite évoquent les paysages de Loubon et de Charles Jacque mais dans des tons plus lumineux.

Environs de Rognac est une œuvre emblématique de son travail : sous un soleil de plomb, un troupeau de moutons avance paisiblement sur une route aride.

Présentation

Du détail à l’abstrait...

Théodore Jourdan est un artiste qui s’est passionné pour les paysages de Provence. A partir d’Environs de Rognac, nous vous proposons de vous amuser et de réaliser une œuvre originale.

Et vous ? Avez-vous déjà essayé ? 

  • Dessinez un détail (arbre, mouton, berger...) de votre choix (sur une feuille 10 x 10 cm) avec la technique de votre choix.

  • Amusez -vous à le faire deviner à votre entourage. Si le détail est trop facile à trouver, vous pouvez en dessiner un deuxième.

  • Agrandissez le premier détail dessiné (sur une nouvelle feuille 10 x 10 cm) comme si vous procédiez à un zoom sur votre ordinateur. Vous pouvez aussi le décalez (pour corser la difficulté) tout en respectant les couleurs et les proportions ! Votre détail devient alors abstrait.

  • Avez -vous réussi à le faire deviner ?

Quand Van Gogh admire Ziem (tournesols - visuel)

Cette nature morte avec des tournesols est un sujet rare dans la production de Ziem.

De part la touche expressive et épaisse, cette petite peinture rappelle la célèbre série de sept tableaux peints à Arles en 1888-1889, par Van Gogh. 

Celui-ci a toujours considéré Ziem comme un peintre de référence dont il loue le talent. En 1888, il écrit « Je voudrais faire des bleus comme Ziem » ou encore « Ziem nous a bien montré ces splendeurs-là. » 

Les deux artistes se sont certainement rencontrés à Paris en 1886 lorsque Van Gogh emménage un atelier rue Lepic, à quelques pas de celui de Ziem. 

De plus, le frère de Van Gogh, Théo a été l'un des marchands de Ziem.

 

Présentation

Voici une proposition sur les tournesols de Ziem : ​Mes tournesols revisités !

Comme Van Gogh et Ziem, amusez-vous vous à créer vos tournesols.

Et vous ? Avez-vous déjà essayé ? 

  • Pour cela, il vous suffit de commencer par dessiner deux grands tournesols avec un crayon sur la totalité de votre feuille ou carton.
  • Puis découpez dans différentes matières (éléments de récupérations : papiers de magazines, tissus, rubans, papiers de soie, crépon, cartons, papiers peints...)  en suivant la forme de votre dessin, le coeur de vos fleurs puis les pétales et collez-les.
  • Jouez sur les différentes matières choisies afin de créer des contrastes colorés.
  • Vous pouvez ainsi multiplier vos tournesols comme vous le souhaitez ! Alors à vos bouquets !​ 

Seyssaud, un fauve en Provence

Formé à l’école des Beaux-Arts de Marseille, Seyssaud a passé l’essentiel de sa vie en Provence qui sera sa principale source d’inspiration.

Présentation

René Seyssaud se fait rapidement remarquer par sa palette audacieuse, aux couleurs vives, annonciatrice du fauvisme. Néanmoins, et contrairement à ce mouvement, il ne sépare pas la couleur de sa référence à l'objet représenté et il ne remet pas en question la perspective.

Daté de 1897, Les Sainfoins est un champ de fleurs à dominante de rose. Bien avant le scandale du Salon d’automne de 1905, qui regroupe des œuvres hautes en couleurs d'artistes tels que Matisse, Derain, Manguin ou Braque, Seyssaud est, avec Gauguin, l'un des premiers à peindre avec des formes simplifiées, souvent cloisonnées. Sa peinture a recours à de larges aplats de couleurs pures et vives, voire violentes, comme c'est ici le cas.​

Paul Guigou à Martigues

D'abord clerc de notaire, Guigou ne s’inscrit pas à l’école des Beaux-Arts mais se lie d’amitié avec Loubon.

Présentation

À la mort de Loubon, Paul Guigou quitte Marseille pour Paris et fréquente Frédéric Bazille, Alfred Sisley et Claude Monet, tous futurs impressionnistes.​

Avec Loubon et Grésy, il est l'autre grand paysagiste de l’école de Marseille. Il se montre tout particulièrement novateur dans la composition de ses tableaux en synthétisant les différents plans et en les superposant en larges bandes horizontales. Ses peintures sont celles d’une Provence lumineuse, rustique et paisible qu’il aime travailler le plus souvent en panorama fréquemment animés de quelques personnages. Ce petit paysage est un joli témoignage de l’intérêt que les artistes portent à Martigues. La vue inhabituelle est prise depuis le quartier du Chat noir où Ziem avait son atelier que l’on devine sur la droite derrière les bosquets.

Présentation

La proposi​tion plastique : Jeu de cadrage sur les maisons

Paul Guigou est un peintre de paysages provençaux . A Martigues, il s’est intéressé à la forme des maisons : accolées, plus ou moins hautes avec des toits décalés... des façades claires ou foncées... des maisons traditionnelles à toit pointu... des maisons modernes à terrasse... des fenêtres étroites ou des baies vitrées...

Et vous ? Avez-vous déjà essayé ? 

  • Nous vous proposons d’inventer un paysage coloré en prenant comme sujet des maisons ou des bâtiments, ​tout en vous inspirant du paysage de Guigou.
  • A vos feutres, à vos crayons ! 

Casimir Raymond dans la Venise de Ziem

Casimir Raymond (Marseille, 1870 - 1965)
Croix de mission ou Croix de Meyran, 1900 - 1920
Aquarelle sur papier 39 x  29,5 cm​

 


Formé à l’école des Beaux-Arts de Marseille, Casimir Raymond s’est spécialisé dans les paysages de la Provence.

Casimir Raymond est un admirateur de Ziem, il a joué un rôle important dans la création du musée en 1908 et a fait partie des premiers donateurs.

Cet artiste est venu à de nombreuses reprises peindre à Martigues, littéralement séduit par la Venise de Ziem. Son travail essentiellement à l’aquarelle associe rigueur de la composition, éclat des coloris et maîtrise du pinceau dans les reflets de l’eau.

La croix se situait au plan de Meyran, dans l’île de Venise entre Jonquières et L’île. De 1918 à 1929, des travaux visant à élargir et approfondir le canal sont effectués pour faciliter l’accès à l’étang de Berre à des plus gros navires entraînant la disparition de l’île de Venise et du plan de Meyran. La croix est aujourd'hui conservée à la Galerie d'histoire de Martigues.

Antoine Ponchin dans les pas de Ziem à Martigues

Au 19e siècle de nombreux peintres viennent en Provence attirés par la lumière.

Parmi eux Félix Ziem qui découvre Martigues en 1839 et qui y installe un atelier en 1860. Bénéficiant d’une grande notoriété, de nombreux artistes viennent sur ses traces séjourner dans la « Venise provençale » : Olive, Signac, Dufy, Derain, Ponchin...

Antoine Ponchin est un peintre d’origine marseillaise qui se passionne pour la Provence avec une prédilection pour Martigues. Héritier des recherches des impressionnistes, son travail se caractérise autour d’une réflexion sur les effets de la lumière sur le paysage. Il est un des rares artistes à proposer des vues originales de la ville comme en témoigne ce paysage de la rue du grand four située dans le quartier de Ferrières.

Ziem et Loubon

Ziem intègre le milieu artistique provençal dans les années 1840.

C’est à Marseille, en 1845 qu’il rencontre Emile Loubon qui vient de prendre la direction de l’école de dessin. Loubonest, avec Paul Guigou et Prosper Grésy, considéré comme étant un des chefs de file de l’école de Marseille.

Stylistiquement, cette école est très proche de celle de Barbizon car les artistes ont une conception du paysage le plus vrai, le plus authentique, sans fioritures. Ils se passionnent tous pour la campagne française. 

Comme Jean-François Millet, Loubon est le peintre des paysans au travail qu’il représente ici sur une route terreuse. Tout au long de sa vie, Loubon s’est spécialisé dans ce type de scènes rustiques qui célèbrent la Provence d’antan. 

Présentation

Proposition plastique : « Racontez une histoire ! »

C’est maintenant à vous de raconter une nouvelle histoire à partir du paysage en Provence d’Emile Loubon.

Mode d'emploi

  • choisissez au minimum deux éléments de ce tableau (personnages, animaux)
  • dessinez-les ou imprimez, découpez puis collez les éléments sur une nouvelle feuille
  • insistez sur la relation entre les différents éléments collés afin d'obtenir une production originale : faites parler vos personnages en y introduisant un dialogue !
  • imaginez et dessinez un nouveau décor : étrange, fantastique, insolite... afin de placer les personnages et les animaux pour inventer une histoire qui vous ressemble !​

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem à Martigues

Ziem découvre Martigues en 1839 et y revient pour peindre à plusieurs reprises.

Ziem découvre Martigues en 1839 et y revient pour peindre à plusieurs reprises. En 1860, alors qu’il vit à Paris, il décide d’installer un atelier dans le Midi dont la lumière lui manque pour peindre. Après quelques hésitations sur sa localisation, il choisit Martigues et y acquiert une maison. Dans le jardin, il fait construire des mosquées factices sur les bords du canal de Caronte afin de retrouver l’atmosphère des contrées lointaines et imaginer les scènes orientalistes de ses peintures dont sa clientèle est si friande. 

Plutôt incongrue dans le paysage martégal, l’édifice est représenté par de nombreux peintres. Ici, l’œuvre est de Ziem. Le bâtiment est décrit isolément et en gros plan. Le traitement pictural est très léger et peu précis, comme un croquis, tout comme les arbres, traités en transparence sous un grand ciel bleu.

Laissée à l’abandon de nombreuses années, la mosquée de Martigues sera démolie dans les années 1970 après la vente du terrain.

Présentation

L'atelier : Petits croquis en noir et blanc
A partir de la mosquée de Ziem, nous vous invitons à réaliser une série de croquis en noir et blanc.

Mode d'emploi

Pour cela, il vous faut observer les parties les plus claires, les intermédiaires, les plus foncées de l’œuvre afin de pouvoir obtenir des contrastes, des dégradés dans votre composition.

Ensuite vous pouvez dessiner différentes représentations de cette mosquée en variant les techniques employées (pastel, crayon, stylo bille, feutre, marqueur, fusain, encre, peinture...)

Selon les outils utilisés, vous n’obtiendrez pas la même précision dans votre dessin et vous serez surpris des résultats !​

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem à Nice

Au XIXe siècle, Nice est un lieu de villégiature pour l’aristocratie européenne.

En 1841, Ziem y rencontre Stéphanie de Beauharnais, fille adoptive de Napoléon Ier, qui épouse le grand duc héritier de Bade en 1806.

Cette rencontre s’avère décisive car, par son intermédiaire, Ziem fait la connaissance de nombreux aristocrates qui vont devenir ses plus fidèles clients. Marie, la fille de Stéphanie qui deviendra duchesse d’Hamilton,  fait également partie de ses grandes admiratrices.

D’autres collectionneurs tels que le comte de Maltzan, le duc de Devonshire et son neveu, lord Cavendish, le chevalier Arson ... vont suivre le peintre tout au long de sa carrière. Ziem reviendra à de nombreuses reprises à Nice et finira par y installer un atelier dans le quartier de Sainte-Hélène, en 1876.

Sur la Côte d’Azur, Ziem se passionne pour l’arrière pays niçois. Il peint des paysages d’une grande quiétude qui ont pour sujet la nature, avec pour motifs le Baou de Saint-Jeannet, les rivières Le Loup et Le Var. ​

Présentation

Atelier plastique : un paysage stylisé

Félix Ziem s’est passionné tout au long de sa vie pour les paysages.

Quand il a découvert la Côte d'Azur,  il s’est donc intéressé à la nature de l’arrière pays niçois avec ses montagnes, ses chemins et ses rivières.

Mode d'emploi

Nous vous proposons de réaliser un paysage stylisé.

  • tracer les lignes principales du paysage à l'aide d'un crayon (collines, rivière, etc.)
  • placer un arbre simplifié au même niveau que celui du tableau
  • repasser les tracés avec une couleur foncée
  • remplir les différentes parties avec les couleurs de votre choix​

&nbs

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem à Alger

Revenu en France, Ziem souhaite prolonger son périple oriental et décide de partir en Algérie.

Revenu en France, Ziem souhaite prolonger son périple oriental et décide de partir en Algérie. Il embarque à Marseille le 30 décembre 1857 et arrive à Alger le 1er janvier 1858. 

S'il effectue plusieurs incursions dans le sud algérien à bord d'une roulotte aménagée, il se promène aussi beaucoup dans la ville où il réalise des vues des marchés, des artisans au travail et des ruelles animées. Il est fasciné par l’architecture urbaine, par les grandes masses blanches omniprésentes et presque aveuglantes des maisons. Comme le fera Matisse quelques années plus tard, il propose une vision d’un Orient épuré et dépouillé de ses éclats bariolés.​

Présentation

Vue abstraite d'Alger.

Durant son voyage, Ziem arpente les rues de la ville d’Alger.

Il représente les maisons de façon presque abstraite.

Mode d'emploi

Comme lui, nous vous proposons de reprendre les grandes ligne de ce tableau afin de le représenter de façon très moderne :

  1. A l'aide d'un crayon à papier, dessinez les grandes lignes de ce tableau ou faites en une photocopie.
  2. Munissez vous de pastels, craies ou peinture.
  3. Apposez sur votre composition, ou photocopie, des couleurs différentes de la composition originale par de larges aplats (tache colorée).

⇒ Vous obtiendrez  une vision abstraite de votre paysage !

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem amoureux

Peintre reconnu et adulé par ses contemporains, Félix Ziem reste très discret sur sa vie privée.

On lui connaît une relation passionnée avec l’épouse du peintre autrichien Arminius Mayer. On sait également qu’il épouse Alice-Ursule Treilles, rencontrée vers 1874, le 11 mai 1904 à Nice. Ziem est alors âgé de 84 ans ! 

Dans ce portrait, tout en délicatesse, le modèle est très certainement Angélina dite Lina. Ziem la rencontre en 1859 à Venise. Elle l’accompagne dans presque tous ses déplacements et s’installe avec lui à Paris. Discrète, on les croit mariés. Leur relation durera vraisemblablement jusqu’en 1875.

Ziem en Égypte

Au cours de ce long voyage en Orient, Félix Ziem se rend en Égypte et passe par Smyrne, Rhodes, Beyrouth et Damas.

Il arrive à Alexandrie le 8 octobre 1856. Il visite Le Caire, Assouan, Philae et Damanhour qui se situ​e dans l’ouest du delta du Nil. Les environs de cette ville l’inspirent beaucoup puisqu’il réalise de nombreux paysages. Théophile Gautier écrit en 1859 : « Jusqu’à présent, M. Ziem ne dépassait guère Venise ou Constantinople ; le voilà qui s’élance et remonte le Nil jusqu’à Damanhour pour nous peindre un effet de soleil couchant dans une forêt de palmiers. C’est un véritable incendie que cette toile : elle rougeoie, elle flambe, elle éblouit et force presque à baisser les yeux. Jamais la palette de M. Ziem ne fut plus chaude, plus ardente, plus magique. »​

Un coucher de soleil sur support coloré

Toute sa vie, Félix Ziem s’est passionné pour le ciel avec ses changements de couleurs. Par moments, pour réaliser certains paysages, il a exploité la couleur du support.

Mode d'emploi

Nous vous invitons à créer un coucher de soleil lumineux :

  • utilisez un support coloré de votre choix (papier, carton, planche en bois...)
  • choisissez un camaïeu de la couleur que vous souhaitez en utilisant pastels, craies, crayons de couleurs ou peinture
  • réalisez par petites touches diffuses un ciel abstrait en occupant la totalité de la feuille et en laissant apparaître la couleur du fond par moment

C'est à vous de réaliser un ciel coloré (transparence, voiles atmosphériques superposés... en focalisant sur le ciel uniquement!)

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem en Russie

En 1841, Félix Ziem se rend à Nice où il rencontre de nombreux membres de l’aristocratie.

En 1841, Félix Ziem se rend à Nice où il rencontre notamment Stéphanie de Beauharnais, duchesse de Bade.

L'année suivante, il passe l'été chez elle, à Baden-Baden, et y fait la connaissance du prince Gagarine qui l'invite en Russie. Il s'y rend en sa compagnie quelques mois plus tard. A Saint-Pétersbourg, il donne des cours d’aquarelle à la noblesse et aux grandes-duchesses. Bien que très apprécié, il décide néanmoins de rentrer en France en octobre 1844.


Durant ce voyage, Ziem produit peu de paysages mais réalise le portrait de nombreux personnages rencontrés au gré du hasard. Cette petite peinture, dont les couleurs rappellent les œuvres de Rembrandt, montre qu'il ​pouvait rendre avec talent des psychologies diverses.

Ziem à Barbizon

Félix Ziem s'installe en 1849 à Paris.

Il partage son temps entre la capitale et Barbizon.

Félix Ziem partage son temps entre la capitale et Barbizon où de jeunes peintres paysagistes, comme lui, se sont installés.

Il se lie plus particulièrement d'amitié avec Théodore Rousseau et Jean-François Millet et peint des scènes de la vie quotidienne, des portraits et des paysages champêtres.

Pour réaliser ses tableaux, il s’installe d’abord dans une roulotte de forain pour mieux peindre sur le motif. Il finit toutefois par acheter la maison du peintre Charles Jacque quand ses moyens le lui permettent.​​

Quand Ziem était à Barbizon, près de la forêt de Fontainebleau, il s’est passionné pour les arbres et les effets de la lumière.

Dessin

A partir de ce paysage de Félix Ziem, dessinez l’arbre principal.

Vous pouvez utiliser vos crayons de couleurs, craies ou pastels pour votre réalisation.

C’est maintenant à vous d’ imaginer le moment préféré de votre journée !

Partage

Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem à Marseille

Félix Ziem grandit en Bourgogne où il étudie l'architecture à Dijon.

En 1839, un différend avec la direction de l'école des Beaux-Arts, lui fait quitter la région pour rejoindre son frère installé à Marseille. Il commence alors une carrière d'architecte avec la construction de l'aqueduc de Roquefavour qui doit amener l'eau dans la cité phocéenne.

À la suite de sa rencontre fortuite avec le duc d'Orléans et l'intérêt de ce dernier pour son travail de dessinateur, Ziem change de vocation et ouvre une école de dessin sur le Vieux-Port qui attire de nombreux élèves.

Cette vue à l’aquarelle est prise de la colline du Pharo qui domine l’entrée du port. Elle est remarquable par la simplification des formes, notamment pour les masses des bateaux. La mise en oblique de l’entrée de la rade rend la composition moins statique et montre tout l’intérêt que Ziem accorde au ciel et au bleu de la mer.

Pour cet atelier,  nous vous proposons de créer un paysage épuré d'après le paysage de Marseille de Félix Ziem en 4 étapes.

Etape 1

Tout d'abord, il faut organiser l’espace avec un ensemble d’éléments. Pour cela, tracez les lignes principales de l‘image.​

Etape 2

Mettez en évidence les différentes zones apparues en utilisant des papiers colorés. Remplissez les parties manquantes en t'aidant d'un calque si besoin.​

Etape 3

Utilisez de la colle et optez pour les mêmes tonalités pour les couleurs de la mer et du ciel ​

Etape 4

C’est maintenant à votre tour de nous étonner !​ Envoyez-nous vos réalisations à musee@ville-martigues.fr

Ziem à Martigues

Présentation

Ziem fait partie des premiers peintres à s’établir dans le Sud de la France.

Le défi puzzle « Ziem à Martigues »
  • Après avoir réalisé ce puzzle en un temps record, serez-vous capable de trouver le nom de l'artiste et le titre de ce tableau ? .
  • Rendez-vous ici

Les liens de Félix Ziem avec le Midi sont très profonds surtout avec Martigues où il découvre la mer la première fois alors qu'il n'est âgé que de 17 ans. Il revient d'ailleurs y installer son atelier en 1860. Au cours de sa vie, il aborde plusieurs fois le thème des pêcheurs martégaux. Il s’agit ici de l’une des premières versions avec des tartanes, bateaux méditerranéens utilisés pour la pêche et le transport.

Dans ce paysage d’une grande quiétude, on retrouve les éléments caractéristiques de sa peinture : le ciel, omniprésent, l’eau et ses reflets.

Ziem à Venise

Natif de Beaune en Bourgogne, Félix Ziem se passionne tout au long de sa vie pour les paysages méditerranéens. Venise est sa principale source d’inspiration.

Comme l’écrivait Théophile Gautier en 1868 « chaque peintre a une patrie idéale, souvent éloignée de son vrai pays. (...) Celle de Ziem est Venise. »

Ce paysage du Grand Canal déposé par le musée du Louvre au musée Ziem​ est emblématique des tableaux qui ont apporté le succès au peintre : la composition est rigoureuse, la touche quasi invisible et le bleu très soutenu.

Après Canaletto et Guardi, Ziem impose une nouvelle vision de la Sérénissime en étudiant systématiquement les changements de lumière et en représentant les monuments célèbres de la ville qu'il agence parfois selon ses besoins, recomposant ainsi​ le paysage.​

C'est maintenant à vous de nous faire découvrir Venise différemment!

Vous choisissez deux détails dans ce tableau. Entraînez-vous à les dessiner plusieurs fois sur une feuille (par exemple le gondolier seul et le Campanile). Une fois que vous vous êtes bien entraînés, prenez une nouvelle feuille, tracez la ligne d'horizon et les deux éléments que vous pourrez multiplier pour créer votre Venise imaginaire! 

A vos crayons de couleurs, feutres, peinture, pastel ou simple crayon!

Surprenez-nous, faites-nous voyager et envoyez-nous vos œuvres...

Dufy à Martigues

Dufy découvre Martigues en 1903. On pense que c'est par l'intermédiaire de Francis Picabia, très admiratif du travail de Félix Ziem, qu'il vient découvrir la Venise provençale. Natif du Havre, Dufy découvre alors la lumière éclatante du Midi.

Travaillant par séries, il réalise de nombreux paysages  qui ont pour thème le cœur de la ville avec ses maisons, ses bateaux, ses canaux et leurs reflets.

Ce paysage intitulé Martigues en diffère puisqu’il représente une pinède située dans les environs. Dufy s’intéresse ici aux lignes ondulantes des arbres. 

Ce tableau est réalisé avec une touche épaisse et allongée qui évoque certaines peintures de Pissarro et de Cézanne.

Il annonce le fauvisme, mouvement majeur du début du XXe siècle, dans lequel des artistes tels que Matisse, Derain et Braque peignent avec de la couleur repartie en masses colorées.

Ils utilisent souvent un cerne, appliqué ici pour le tronc des pins. ​

Un monde en couleurs 

Durant cette période de confinement, le musée  Ziem vous propose des activités à réaliser en famille. 

Ensemble découvrons le fauvisme avec Raoul Dufy.

Natif du Havre, Dufy découvre la lumière à Martigues en 1903. C’est à partir de ce moment qu’il commence à peindre de façon de plus en plus colorée. Ce paysage, intitulé Martigues, représente une pinède aux environs de la ville.  Il s’intéresse aux lignes ondulantes des arbres. 

À toi maintenant !

Tu as des crayons de couleurs, des pastels, des feutres ou de la peinture ...c' est maintenant à toi d' imaginer un paysage surprenant d'après cette oeuvre.

Les arbres ne seront plus verts et marron, le ciel ne sera plus bleu...

Laisse place à ton imaginaire et à ta créativité en nous faisant partager tes œuvres ​!

Exposition

Visite guidée

par Lucienne Del Furia, conservatrice du musée Ziem

ÇA SE VISITE : « Martigues, passion d’un collectionneur » Musée Ziem

C’est une exposition conçue comme une balade dans la Venise provençale. « Martigues, passion d’un collectionneur », présentée par le musée Ziem, propose au public une invitation à la découverte des lieux emblématiques et paysages de la commune, à travers les peintures d’artistes - connus ou moins connus - venus en Provence à la fin du XIXe siècle.

 La vidéo

Sommaire

  

Contact