Ville de Martigues
Ville de Martigues

Les nouvelles du front

Quoi de nouveau sur le front ?

Les journaux et les lettres sont en principe les seuls moyens de savoir ce qui se passe. Mais la censure veille.

A Marseille, cinq quotidiens paraissent.

Dépêche télégraphique du ministère de l'Intérieur daté du 11 septembre 1914

Dans « Le Petit Marseillais », le vieux Lieutenant-colonel Rousset y apporte l'expérience de la guerre de 1870. Les accents guerriers et patriotiques masquent mal les échecs et les défaites.

  • Ci-contre une dépêche télégraphique de Léon Gambetta, ministre de l'Intérieur, datée su 11 septembre 1914. Télécharger le document.

On exhorte la population.

Tous les efforts sont tendus pour soutenir la nation en guerre et les alliés. C’est l’Union sacrée de toute la population.



À Martigues, plusieurs dénominations de rues ont changé.

  • Le 4 décembre 1914, Le conseil municipal décide de baptiser "boulevard des Belges" l'esplanade de la fontaine de Jonquières pour "commémorer le dévouement et l'héroïsme de la nation belge" ;
  • Le 7 mai 1915. Un hommage semblable est rendu aux autres nations alliées :
    • le quai des Anglais,
    • la rue des Serbes sont ainsi nommés depuis cette date.
    • La porte d'Arles devient la rue Montenegro, le boulevard des Fleurs (actuelle rue Camille Pelletan) fut appelé boulevard des Russes, mais le nom changea de nouveau après la paix séparée signée par la Russie en 1917.
Artillerie lourde
Campement à l'arrière du front de Verdun
Hôpital ambulant
Messe au camp d'Argone
Chasseurs alpins
Repas au front

L'enfer a commencé

Plus alarmants et pessimistes sont les récits que les permissionnaires font à leurs proches. L'enfer que vivent les soldats du front est très vite connu. Sont là aussi pour en témoigner les soldats convalescents reçus à l'hôpital, qui met 25 lits à la disposition du service de santé de la XVème région militaire. Les réfugiés confirment ces informations.

Aquarelle extraite du carnet de route de Jean Coinel (1916)

Tous les combattants du front vivent sous la menace permanente de la mort. Au dessus des tranchées boueuses et gluantes, les balles sifflent, les mitrailleuses crépitent ; on reçoit dans le visage le souffle brutal du canon. Des hommes tombent dans tous les creux du terrain. On marche sur les cadavres, l’air en est empuanti ; Les gaz asphyxiants gênent la respiration et attaquent les poumons. Non, vraiment cette guerre interminable devient insupportable. Personne n’en voit la fin.

Poilus dans les tranchées
Aquarelle extraite du Carnet de route de Jean Coinel (1916)
Poilus dans les tranchées

Explosions sur la Côte bleue

Les échos de la guerre sont parfois proches. En août 1917, la guerre sous-marine fait rage. Un bateau est coulé vers Faraman, un autre vers Planier. Les patrouilleurs ont fait rentrer à Port-de-Bouc trois vapeurs et un trois-mâts pour les mettre à l'abri. Le 8 février 1918, un patrouilleur a été torpillé par un sous-marin au large de La Ciotat ; les lumières de la côte ne devront pas être visibles à moins de quatre kilomètres des côtes. Une autre fois, une formidable explosion retentit jusqu'à Martigues. Elle provient de l'usine de munitions de Rassuen.

Point stratégique, mais peu menacé, le pont de Ferrières reste sous la garde constante des territoriaux.

Des avions et des dirigeables survolent de temps en temps la ville. Ils viennent du camp d'aviation d'Istres.

Vie maritime (Pierre Escavis)

Pierre Escavis à Cordou (1917)
Pierre Escavis - Portrait
Pierre Escavis à Toulon (1911)
Pierre Escavis - Carte postale (verso)
Pierre Escavis - Portrait (marin)
Pierre Escavis - Succession
Ville de Martigues

Lettre d'information

Inscription à la lettre d'information
Martigues, Ville Fleurie 4 étoiles

Mairie de Martigues

Hôtel de ville de Martigues
Avenue Louis Sammut
BP 60101
13692 Martigues cedex

Tél : 04 42 44 33 33
Fax : 04 42 42 10 50

Réalisation Stratis

Mairie de Martigues
Hôtel de ville de Martigues
Avenue Louis Sammut
BP 60101
13692 Martigues Cedex
Tél. : 04 42 44 33 33 - Fax : 04 42 44 34 90

http://www.ville-martigues.fr/index.php?id=2303